Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 11:53
Bonjour à tous,
voici le communiqué de presse pour la journée du 16 juin.
Il est à diffuser sans modération, s'il vous plaît faites circuler l'info cela m'aidera beaucoup.

L'association Les Mères Veilleuses,
dans le cadre de ses activités d'information et de soutien à la périnatalité
propose une

projection du film Fait Maison,
un documentaire de Katell Chantreau et Fabrice Véronneau
sur l'itinéraire d'un couple qui a fait le choix de l'accouchement à domicile,
en présence d'Isabelle Bar, la sage-femme libérale qui a accompagné Kate, Stéphane et leur bébé,

Samedi 16 Juin 2012 
à 10h30 à Combourg (35).

Cette projection du film sera suivie d'un temps d'échange libre,
et d'un déjeuner partagé par ceux qui le souhaitent et riche des apports de chacun.
Tarif : participation libre et raisonnable

Organisation & contact presse : Nathalie Yungmann, lesmeresveilleuses@ymail.com - 02 99 73 82 97

Association Les Mères Veilleuses : http://lesmeresveilleuses.over-blog.com
Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans Rencontres et Ateliers
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 21:03

Voici le tuto que j'ai trouvé le plus bizarre et en même temps très astucieux pour permettre de tirer son lait sans avoir à tenir le tire-lait en permanence. Il est en anglais. Je le copie ici :

 

Converting a RegularBra into a Pumping Bra by Karen M. PDF, 223 K

Completed hands-free pumping braFrom Karen M. Of misc.kids.breastfeeding. This conversion is ideal for working moms who pump at lunchtime or while driving -- much less expensive than buying hands-free equipment.

To those of you who have come to these directions from an "Oh my god, this site is so funny/gross/stupid" link... yeah, whatever. Whoever posted it to your bulletin board probably has too much time on his/her hands if s/he's running searches for weird bras, don't you think?

Women who want to give their babies the best start in life, yet still want or need to work, often need to pump breastmilk for their babies. And their workplaces often aren't willing or able to set up a separate space for them to pump. So it becomes far more practical to buy or rent a double pump and set up a station in one's car, or if their employer does provide a space or if she has an office, in her office. Yet bras that are specifically designed for pumping (and yes, they exist) are often quite expensive. these directions, sent to me by a woman who needed to pump on the road ( they are not my creation), are helping women to provide their babies with the food they are meant to have. I happen to feel very strongly that breastfeeding should be the norm, ra ther than the exception, because it's what babies are meant to have, and babies who are denied breastmilk are statistically less healthy, not as smart, and generally not as well-off as those who are breastfed. It's an important health issue, and if, by hosting directions like these, I can increase the number of breastfed infants in this country (and beyond), then I feel I'm doing a service. Yes, the pictures look silly; I won't deny that. But what you're seeing is a woman who cares more about the health and well-being of her infant than what strangers might think of her, and I think that's saying a lot.

Also, a statement of the obvious (because I got an email from a gentleman who was concerned about the safety of pumping while driving): if you use this when driving, do exercise all due caution. Don't try to get hooked up while you're driving 65 mph. Driving a car is dangerous under the best of circumstances. If running the pump will be distracting for you on your commute, don't do it. I'd recommend this for when you're stuck in bumper-to-bumper traffic, and then only if you have gotten hooked up before you start driving. If you need to disengage the pump while you're still on the road, pull into a rest station or the like. As the gentleman's email said, "While I agree that breast feeding is vital to the well-being of an infant, having no mother at all is far worse for the development of a child than not getting breast milk."

He keeps writing to me. He really doesn't like the idea that women will be using this in the car. Here's another note: "...[in his discussion group where a link to these directions was posted] there was a lot of outrage about any suggestion of doing something so complicated while behind the wheel. After alcohol (something we can control ourselves), inattentive drivers are the biggest killers of bikers.  Having a close friend whose first anniversary of death by inattentive driver is this weekend, it's something that touches very close to home for me.  there are literally thousands of outraged motorcyclists in the cyber-community right now.  I only hope that you will consider pulling the article altogether, as any form of inattentive driving can cause harm, or even death, to the driver or anyone around them. How many mothers will read that article, create the device described, and ignore your soft warning?  How many of them will have their babies in the car with them when they try this?  I hope to God that no innocent children... well, you know what I mean, I can't type it." the pumping bra can obviously be used in situations other than driving, so I have no intention of pulling the directions. Just be smart if you choose to use it on the road. Get hooked up before you start driving. Don't attempt to adjust it while you're driving. Pull off the road into a service station or rest stop if you have to change settings or disengage. Don't compromise your safety for breastmilk!

Materials:

  • 1 Regular, non nursing bra (I got this one at Walmart for $2.99 on clearance). Look for material that isn’t too stretchy in the cup and will be easy to sew and work with.
  • 2 Compete hook and eye sets (preferably kind of big)
  • 2 Hooks only (smaller ones, regular bra hook sized)
  • 1 small scrap of fleece

Directions:

First try on the bra with your pump horns handy. Over the top of the bra, place the pump horn where it would go if you were pumping. Mark the top and bottom of the pump horn with a fabric pen over the center vertical line where you will make the cut.
With the top and bottom of the hole marked, make a mark appx. 1” above each. You will actually be cutting between these marks, NOT where you placed the horns originally. Cut between your new marks so that the cut is wide enough to feed a horn through like a buttonhole, but is 1” above where you placed it while trying on your bra. (Kind of a key hole effect, the
horn “stem” will then rest at the bottom of the hole, but still be in the right place making it more secure)
Take a small scrap of fleece and place it on the front of the bra over the hole you cut. From the back side of the bra sew about ¼” of an inch around the hole you cut in the cup. Cut the fleece to match the center cut in the cup and flip the fleece to the back side so that it is on the inside of the bra cup. Now stitch around the hole again about 1/8” away, securing the fleece and making a sturdy hole. Cut the fleece to about ¾” on all sides of the hole and hand tack it to the cup around the outside edge. Repeat for the second cup. Fleece lining the hole for pump horn insertion
Put the bra on again, only this time place the horns through the holes. When horns are comfortably positioned mark where you will place the hook and eye to secure the horn in place while pumping, then hand stitch the hook and eye in place. (Velcro or other fasteners might work for this, but I had hooks & eyes handy.) Pump horn inserted; hook and eye sewn above to keep horn positioned
At the top of the cup, where the cup meets the bra strap, sew one of the small hooks.
Using the hands free pump bra: the bra can be worn on its own with the straps up, but it can also be a pain to have to put on a bra each time you pump. The hooks at the tops of the straps allow you to use it with a regular nursing bra. Just lower your cups and use the hook at the top to hook into your nursing bra eyes (will not work with all bras though, only those that use hook and eye closures or have an eye at the top like Medela bras) then you don’t have to take your shirt off or even take your arms out of your shirt to put on the pump bra.
It is also handy for tandem pumping, just keep one side down... here my regular nursing bra is on under the pump bra one side of the pump bra is down so I can nurse.
And finally this is what I look like when I pump in my car, or in front of people. I just pull a stretchy shirt over my horns and no one can see anything specific. (This is how I pump and drive!)

Bra and directions made by Karen Mellentine, 2003.

Voici la source : lien

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans allaitement maternel
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:23

J'ai enfin réussi à trouver des tutoriels pour fabriquer ses propres vêtements pour femmes enceintes ou vêtements d'allaitement. Parcontre il est vrai que c'est en anglais. Cependant avec les photos les plus douées en couture pourront certainement se débrouiller et éventuellement je peux traduire tel ou tel modèle pour celles qui le souhaiteraient.


Donc vous trouverez 43 modèles différents explicités classés en 3 catégories : grossesse, allaitement et maternité sur le site : everything your mama made & more.

 

A vos machines !!

 

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans périnatalité
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 00:01

Bonsoir,

 

je viens vous confirmer que la journée du 16 juin aura bien lieu dans la salle paroissiale de Combourg. Juste derrière l'église, au fond du parking !

 

Pour tous les détails sur cette journée : cliquez ici !

 

N'oubliez pas de vous inscrire : auprès de Nathalie 02.99.73.82.97 ou par mail

lesmeresveilleuses@ymail.com

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans Rencontres et Ateliers
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 11:12

Une superbe chanson que je veux partager avec vous :

 

 


 

 

Paroles de Étienne Drapeau
Interprête : Marie-Élaine Thibert
 
 
Être Femme

  Etre femme c'est être belle
 Lorsque brille en nous l'étincelle
 Au coin des yeux tant de bonheur
 Et quelques rides au fond du coeur
 
Etre femme c'est être forte
 Lorsque la marée nous emporte
 Voguer sur les larmes d'un naufrage
 Pour mieux retrouver son courage
 
Etre femme c'est être fragile
 Derrière une force tranquille
 Gantée de velours la main de fer
 Qui peut faire l'amour à la guerre
 
Etre femme c'est être libre
 C'est vivre en parfait équilibre
 C'est tout donner à ceux qu'on aime
 Sans jamais trop s'oublier soi-même
 
Je suis femme, je suis enfant
 Je suis d'hier et de mon temps
 Je suis l'amie, je suis l'amante
 Amoureuse et indépendante
 Je suis femme, je suis tout ça
 Je suis vos visages et vos voix
 Celle qui toujours chantera
L'histoire des femmes
Comme vous et moi
 
Etre femme c'est être habile
 Dans les chemins plus difficile
 C'est guider et être à l'écoute
Du coeur qui a perdu sa route
 
Etre femme c'est se moquer
 Du poids des jours et des années
 La plus belle rose peut faner
Sans jamais perdre sa beauté
 
Je suis femme, je suis enfant
 Je suis d'hier et de mon temps
 Je suis l'amie, je suis l'amante
 Amoureuse et indépendante
 Je suis femme, je suis tout ça
 Je suis vos visages et vos voix
 Celle qui toujours chantera
L'histoire des femmes
Comme vous et moi
 
oouuhh
 
Je suis femme, je suis enfant
 Je suis d'hier et de mon temps
 Je suis l'amie, je suis l'amante
 Amoureuse et indépendante
 Je suis femme, je suis tout ça
 Je suis vos visages et vos voix
 Celle qui toujours chantera
L'histoire des femmes
Comme vous et moi
 
oouuhh
 
Comme vous et moi
Repost 0
Published by lesmeresveilleuses
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 14:22

Voilà une belle occasion de se rencontrer !

 

Je vous invite à venir nous retrouver pour


 

la journée du 16 juin 2012 pour la projection du film "Fait Maison".


Nous aurons la chance et l'honneur de recevoir parmi nous Isabelle Bar, sage-femme libérale qui a accompagné des couples pour des Accouchements A Domicile pendant de nombreuses années et participé au film.

 

A la suite de la projection il y aura un temps d'échange avec Isabelle Bar.

 

 

Synopsis

 

Décembre 2008. Kate et Stéphane attendent leur deuxième enfant. Ils ont choisi de le mettre au monde à la maison. Isabelle, sage-femme libérale à Châteaubourg près de Rennes, les accompagne dans cette démarche.C’est l’histoire d’une naissance un peu différente, où règnent la confiance, la simplicité et l’humour au sein du trio mère, père, sage-femme. Tout au long du suivi de la grossesse, chacun trouve peu à peu sa place et des réponses à ses questions, les craintes sont désamorcées, les esprits sont sereins, prêts à accueillir le bébé. Il ne reste plus à la maman qu’à écouter son corps…

 

La projection suivie du temps d'échange aura lieu de 10h30 à 12h30 environ.


J'invite ensuite tous ceux qui le désirent à amener un plat à  partager pour manger ensemble.


En début d'après-midi il y aura un temps de Parlotte pour tous les parents qui le désirent afin de partager sur nos soucis et nos joies d'avoir, de ne pas arriver à avoir ou de bientôt avoir des enfants. Nous pourrons aborder tous les sujets qui vous préoccupent.

 

Autant que cela vous est possible je vous demande de vous inscrire afin que je puisse m'organiser en précisant si vous pensez rester pour le repas et /ou pour le temps de Parlotte l'après-midi.

 

Si vous amenez vos enfants sachez qu'il n'y aura pas de service de garde assuré. Cependant je peux prévoir un lecteur et un DVD ainsi que quelques jouets pour ceux qui seraient présents... mais uniquement sous la responsabilité de leurs parents.

 

Tarif : participation libre ! Si vous n'êtes pas adhérents à l'association ce serait sympa de penser à adhérer (détails ici)!

 

N.B : Une petite réflexion sur la participation libre qu'il est bon de lire ou de relire : ici !

 

La journée devrait avoir lieu dans la salle paroissiale du presbytère de Combourg, (derrière l'église) à confirmer ! Oui c'est confirmé !

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans Rencontres et Ateliers
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 21:42

Je veux vous partager la réflexion de Nathalie Lallias de l'association les berceaux du ciel, parents en deuil située sur Combourg.

 

 

Un pavé dans la « maRRe du Bien Naître »

Mais pour qui se prend - t’ on …

 

 

 

Je dédie cette réflexion à mon mari Jean-Luc que j’ ai eu la chance de rencontrer voilà maintenant huit ans, que j’ aime et qui m’ aime passionnément, et qui a bien voulu partager ma vie, à mes cinq enfants dont mes deux anges Cassandra et Léopoldine qui se sont envolées dans leur berceau du ciel en 2005, à l’ enfant dit « à particularité » que nous espérons bientôt adopter, et à toutes celles et ceux de France et de Navarre pour qui j’ éprouve une profonde empathie et à qui je n’ en veux pas d’ avoir pensé que « c’ est mieux comme ça … »

 

Un cadre haut placé dans la hiérarchie, nouvellement recruté pour faire remonter les bénéfices de son entreprise de l’ industrie automobile, sort de celle- ci, et s' arrête pour interrompre l' employé, chargé de l' entretien des espaces verts, qui était en train de tailler un rosier ( anecdote vraie ) :

- « Bah ... qu' est-ce que vous faites ? Ca ne sert à rien, c' est inutile ( sous- entendu, ça demande trop d' attention, de temps et d’ argent ), il faut tout couper ! »

L' employé resta bouche-bée, le cadre continua son chemin jusqu' à sa voiture tout en ayant dit ces mots et en n' ayant cessé de marcher d' un pas pressé.

Mais pour qui se prend- t' on ?

Cette réflexion qui va suivre est, au nom de sa liberté d' expression, celle d' un être humain, une femme, une citoyenne, une épouse, une mère, qui a l' impression d' un monde qui ne tourne plus très rond, d' une société qui marche sur la tête, et qui se préoccupe de la société qu' elle va laisser à ses enfants ...

Il ne s' agit ni d' une condamnation ou d' une dénonciation de qui que ce soit ou de quoi que ce soit, encore moins d' un jugement ou d’ une apologie de telle ou telle attitude à prôner, il s' agit bien plutôt d' un S.O.S et d’ une invitation à la clairvoyance de l' humain à se recentrer avec lui-même et avec son environnement naturel qui tend de plus en plus à être délaissé au profit de valeurs mercantiles et vénales, à l' heure du clonage et du jeunisme ...

Il est une évidence certaine que l' Homme est avide de Savoir et l' acquisition de la Connaissance l' induit trop souvent à l' utiliser à mauvais escient : puisque je SAIS, il faut que j' en fasse forcément quelque chose ...

Or pourquoi parce que je connais les fondements et les mécanismes d' une science ou d' un système, faut-il que j' en cherche à maîtriser le processus naturel, voire à le modifier ou le stopper, si cela ne me « convient » pas ?

Mais pour qui se prend- t' on ?

Ai-je besoin de connaître tout sur tout au coeur même de ce qui prend Vie ?

L' Homme a visiblement pris le pouvoir sur la Vie en se substituant au rôle naturel de l' ordre des choses du Vivant, en créant la Vie et en en décidant sa fin. Ainsi va la vie ... il s' octroie le droit de vie ou de mort sur les siens.

Notre société occidentale, appelée populairement « société de consommation », est devenue matérialiste; les biens et les personnes sont interchangeables et substituables à souhait, parfois même sans état d' âme : les valeurs morales Amour, Entraide, Humilité, Respect, Tolérance et Vérité sont de plus en plus niées, voire même reniées, au motif d' une déculpabilisation généraliste sur la nécessité d' une évolution technologique de l' environnement de l' Homme, que recouvre le terme sacro-saint "PROGRES".

Progrès de qui, de quoi ... ?

Nombre de scientifiques arguent le fait que leurs connaissances justifient la volonté de progresser ( « la fin justifiant les moyens » paraît-il ) comme une nécessité fondamentale inscrite dans la marche inexorable du temps : « il faut vivre avec son temps » peut-on entendre parfois de la bouche de la Jeunesse rétorquant à la Vieillesse, mais aussi à celles et ceux qui, non pas refusent, mais CHOISISSENT de ne pas s' immiscer dans une société victimisée et victimisante, dans laquelle en effet il FAUT trouver une réponse à tout, une solution pour tout.

Mais pour qui se prend- t' on ?

Cette quête éperdue du pseudo « progrès » moderne ouvre la voie à des dérives qui touchent de près à l' éthique, au caractère sacré de la vie et donc de la Mort.

Et si jusqu' à la Mort, on accompagnait la Vie? Serait- ce un voeu pieux ?

Force est de constater que l' on ne l' accompagne plus la Vie, car notre préoccupation est plutôt celle de dominer sa Fin, de la prolonger coûte que coûte en la maîtrisant et en la décidant, c' est ça la Mort aujourd' hui ...

Tabou, effrayante, qui rend forcément triste, tellement innommable dans l' acceptation inéluctable de son sens, qu' on la nargue, voire même ridiculise sous toutes ses formes, comme le démontre la fête quasi « institutionnelle » et « normalisée » d' Halloween avec ses déguisements d' épouvante ( fantômes, mort-vivants, revenants ...) qui la fait intégrer dans l' inconscient collectif des enfants comme quelque chose de « vilain » ... oui c' est ça la mort aux yeux des enfants ( et dans leur tête ) aujourd' hui ...

Mais pour qui se prend-t' on ?

La « M » ort se personnifie à présent, elle apparaît « irrespectueuse », dérangeante ( elle arrive toujours au mauvais moment, elle ne prévient pas elle ) et repoussante parce que impensable, insoutenable croit-on ... alors on la devance en la provoquant parfois au début, parfois au milieu, très souvent à la fin d' une vie, et parfois même avant de naître.

Oui, mourir avant de « n' être » n' est pas dans la logique de la vie, ça arrive quand la Nature s' en charge, mais aussi quand l' Homme le décide ... on assiste à une nouvelle conception du « Bien Naître » dans notre société.

L' Homme a oublié d' être mortel dans son mode de vie moderne, il ne sait plus faire face à l' ordre naturel de la Vie qui le rattrape tôt ou tard, et qui lui fait assimiler la Mort à quelque chose d' inconcevable par principe, c' est un état de fait : mourir n' est plus acceptable en cette civilisation, la Mort n' est plus naturelle dans son concept ( en tout cas perçue comme telle ), elle est devenue  « technicisée ».

L' Homme a oublié ses capacités de survivance et d' affrontement du réel ( la preuve, il exprime son besoin de déléguer cette tâche à quelqu' un qu' il rémunère pour faire ce travail à sa place, il a créé un besoin qui en est révélateur : il a besoin de « coach » dans tous les domaines de la vie ), plutôt que d' apprendre à vivre comme nous l' impose notre société de consommation en « brûlant » sa vie parfois parce-que l' on a peur de la Mort ; et si on apprenait pour « changer » enfin, à Mourir en vivant vraiment selon les règles fondamentales du Bonheur qui nous éloigneraient ainsi du sentiment permanent de frustration et d' insatisfaction :

- libérer son coeur de la haine,

- libérer sa tête des soucis,

- vivre simplement,

- donner plus,

- s' attendre à moins.

En clair, et si enfin on se prenait pour qui nous sommes vraiment, ESSENTIELLEMENT ?

Aujourd' hui, l' Homme usurpe la Nature, s' octroie un droit sur la Vie ou la Mort du foetus à travers une logique d' eugénisme pragmatique que revêt le terme « IMG » ( Interruption Médicale de Grossesse).

Si l' on se penche sur la définition du terme « eugénique », dans Wikipédia on peut lire « ensemble des méthodes et pratiques visant à transformer le patrimoine génétique de l' espèce humaine dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé »; ainsi l' eugénisme se retrouve dans les « progrès » du « génie » génétique, la Procréation Médicalement Assistée, le diagnostic prénatal et préimplantatoire ...

« Interrompre Médicalement sa Grossesse » répond en ce sens à l' intérêt immédiat de la collectivité à ne pas se sentir capable de supporter des êtres « déficients » ; en effet ceux- ci apparaissent coûteux en soins et en attention constants.

Le but ultime du métier de gynécologue-obstétricien n' est- il pas la Vie ?

De nos jours, le médecin gynécologue-obstétricien est devenu un technicien dont la société lui intime le devoir de décider si l' intérêt probable du fœtus destiné à une vie impossible, est de ne pas vivre.

Mais pour qui se prend-t' on ?

Interrompre la vie d' un être vivant avant même de lui avoir donné une chance de naître, parce-que la société, les médecins, et les parents à qui on laisse le choix final, l' ont décrété comme étant « cela sera mieux ainsi pour lui » ?

Mourir avant de « n' être » du fait de la main de l' Homme est-il devenu à ce point la Norme qu' il n' est plus laissé à la Nature le soin d' opérer par elle-même, en temps et en lieu, l' élimination naturelle des fœtus dont, de toute façon, la vie sera impossible en dehors du ventre maternel, une fois né !

Le double problème, ou plutôt le dilemme, voire même le paradoxe de l' Homme moderne, autant il décide d' abréger la vie à son bon vouloir, autant il décide de la maintenir et de la prolonger autant que possible avec l' arsenal thérapeutique qu' il a développé ( appareils de réanimation ... ) en ôtant aussi, encore là, la possibilité à la Nature de faire son œuvre ; ce qui conduit, du fait d' une Médecine de plus en plus technicisée, à des maintiens en vie douloureux pour les patients, et à un supplice moral pour les familles, comme l' a révélé le cas de Vincent Humbert et de sa mère courage qui a dû affronter la Justice de l' Homme pour représenter la volonté de son fils ( « emmuré dans son corps » ) à faire valoir son droit de mourir naturellement, normalement.

Ainsi, il en va de la Vie : du fait des progrès de la médecine, parée de bonnes intentions et de par sa technologie, l' Homme se fait mal, du Mal, en croyant vouloir faire du bien, le Bien, dans l' intérêt général ; c' est pourquoi le problème de l' euthanasie n' a jamais été autant un problème justement autant abordé : pourquoi essayer de vouloir légiférer sur un mot qui ne devrait même pas exister dans le dictionnaire ... si on laissait la Nature se charger de notre fin de vie ?

L' Homme désormais, dans notre société, souffre PLUS longtemps et PLUS tard, à défaut d' avoir souffert MOINS en mourant PLUS tôt, c' est à dire NATURELLEMENT.

D' un côté, l' Homme a donc le droit de Vie ou de Mort sur les siens : il retire la Vie, le droit de vivre, à un être qui n' est pas encore né ; d' un autre côté, il refuse la Mort, la possibilité naturelle de mourir au motif d' une Médecine audacieuse dont la présomption est de penser que parce-qu' elle en a les moyens, sa fonction est de sauver coûte que coûte au risque de prolonger inutilement des douleurs insupportables.

Dans cette mesure, si on ne prolongeait pas démesurément « artificiellement » la vie des êtres humains, ces associations qui militent à juste titre contre l' acharnement thérapeutique et pour « le droit de mourir dans la dignité », n' auraient pas le mérite d' exister ( à l' heure d' aujourd' hui en si grand nombre ) si l' Homme n' avait pas oublié sa nécessaire humilité face à la Nature, s' il n' avait pas oublié d' où il vient ...  sa condition biologique de mortel, et que toute Vie a un début et une fin ...

Cela note bien le paradoxe d' une Médecine qui s' est perdue en chemin en occultant le principe de « l' ordre naturel des choses » ; Thomas Hobbes n' a-t' il pas dit que « l' Homme est un loup pour l' Homme »?

Grand nombre de médecins, assujettis à la toute puissance de notre Justice humaine, préfèrent « ne prendre aucun risque » et recommandent une IMG comme un SMS ...  ( nouveau mot inventé d' un nouveau langage moderne inventé lui- même d' une Médecine qui s' invente de plus en plus ) simplement en cas de doute et non seulement en cas de certitude. Nous assistons bien là, à l' instrumentalisation de la Médecine qui pense ne pas avoir d' autre choix que de répondre à une demande de résultats ... mais au fait, n' a- t' elle pas bien plutôt une obligation de moyens comme le stipule Hippocrate, auquel tout médecin prête serment et auquel il jure se conformer ?

Désormais en effet, les parents peuvent porter plainte et demander « réparation des préjudices subis » contre le médecin qui a pratiqué l' échographie obstétricale, au motif qu' il n' a pas ( pu ou su) diagnostiqué le handicap, comme le permet l' arrêt Perruche.

Le handicap est- il à ce point si laid ? Laid pour qui ? La personne handicapée ? Les parents ? La société ?

Il faut comme même bien se rendre compte que le mythe de l' enfant idéal est bien présent dans l' inconscient collectif : nombre de parents souhaitent recourir à l' intervention de la Médecine, c' est à dire à une Interruption Médicale de Grossesse, pour le simple diagnostic d' une fente labiale appelée plus communément  et ridiculeusement  « bec-de-lièvre » !

Alors que cela s' opère très facilement de nos jours ... fort heureusement ( j' ose l' espérer ) que les médecins savent dire « NON » ...

On peut donc dans cette perspective se poser la question sous-jacente et légitime de l' acte d' Amour sensé engendrer le fruit de cet Amour ...

N' y a-t' il donc plus tout à coup d' Amour, tout l’ Amour ( de départ ), et rien que de l’ Amour dans ce fruit « imparfait » ? La Raison a pris le dessus,  Blaise Pascal n’ avait-t’ il pas dit d’ ailleurs à ce propos que « le cœur a ses raisons que la Raison ignore » ? On assiste ainsi à une rationalisation de l’ acte le plus naturel qui nous soit donné par la Nature, « donner la vie », sous garantie de sa conformité : « un bébé NF est demandé, un bébé NF vous aurez ( sinon le Service Après Vente de la Médecine, en cas d’ erreur ou d’ omission, vous dédommagera … et oui là, dans les affaires de la Nature, on ne badine pas, il n’ y a pas de remboursement ou d’ échange possible sous réserve que vous ayez gardé votre ticket de caisse, ni de proposition de remplacement du « produit ou objet défectueux » par un « produit/objet » de substitution qui, lui, a les bonnes fonctions, ou encore de retour possible à l’ envoyeur pour « vice- caché » ( comme on peut le faire avec les animaux adoptés à la SPA » ). Et oui … sauf que là, on parle bien de « sujet » et non d’ « objet », et c’ est bien dommageable à l’ Homme qui n’ avait pas prévu cet aléa de sa condition.

Aujourd’ hui, on n’ « accouche plus sous X » mais on « accouche sous le secret »  d’ un poids implicitement trop lourd à porter soi-même ( mais dont la loi permet désormais tout de même à l’ enfant d’ avoir accès à ses origines tellement il a été constaté de souffrances morales par ces jeunes … ) ; aujourd’ hui on n’ « abandonne plus » un enfant, on dit qu’ « on le confie à l’ adoption » … tellement de formules déculpabilisantes qui ne changent pas le problème de fond : « celui de refiler le bébé et l’ eau du bain qui va avec … » pourraient dire certains de manière blessante et brutale ; certains parents préfèrent confier à l’ adoption leur enfant qui est né avec des « anomalies », des « vice-de-formes », c’ est à dire qui ne correspondait pas à l’ idée qu’ ils se faisaient d’ un enfant, de leur enfant … cet enfant trop lourd à regarder, trop lourd à s’ occuper, trop lourd à supporter, trop lourd à tolérer.

Et si « on ne savait pas » comme autrefois ? Et si l' échographie fœtale n' existait pas ? On laisserait ainsi venir au monde ce petit être, le fruit de notre Amour, avec toutes les chances de vivre ou de mourir que lui laissera la Nature, au lieu de décider pour lui- même …

Ainsi s' opère aujourd' hui dramatiquement une sélection des enfants à naître, l' IMG étant devenue une méthode d' élimination des foetus « malformés » ( y compris de ceux dont on a un doute ), autrement dit non conformes à l' idée que se fait la société de ce que doit être la Vie d' un être humain.

Le terme « Médicale » de l' expression « Interruption Médicale de Grossesse »semble déculpabiliser la Médecine et/ou les parents qui estiment avoir fait le « bon » choix, le « meilleur » choix pour l’ enfant.

Mais quel choix ? Le choix d' avoir choisi la Mort plutôt que la Vie pour le « bien » de son enfant ou pour le nôtre ? Pour la charge qu' il n' aura pas à faire peser sur la vie de ses parents qui entraînerait inévitablement frustrations et privations : argent, liberté, loisirs, travail, ou encore le regard d' autrui posé sur son enfant ... mais aussi la charge, coûteuse, qu' il n' aura pas à imposer à la société ?

Mais pour qui se prend-t' on ?

Se donner bonne conscience est si déculpabilisant et si humain, si rassurant pour soi, et si justifiant devant l' Autre : «  cela n' aurait pas été une Vie pour lui, c' était mieux comme ça ».

«  Cela n' aurait pas été une vie pour nous aussi » s' abstient-on de dire par peur d' un jugement taxé d' égoïsme, « c' est mieux aussi pour nous » devrait- on dire pour la maîtrise de notre Vie et la poursuite de nos projets ... Rien ne doit entraver « le long fleuve tranquille » de notre vie de famille et de couple dont on a savamment dressé longtemps à l’ avance les plans dans un « programme de vie » ( conditionné dans un idéal sociétal de bonheur le plus « parfait » possible ) pourrait-on lire entre les lignes du consentement éclairé que signent les parents donnant leur accord pour recourir à une IMG. Et dire que l’ on peut recourir à une IMG quelque soit le terme de la grossesse ( 3, 6…9 mois même ) alors que le délai légal pour recourir au droit à l’ IVG est de 14 semaines, où est le SENS ?

Et se pose-t’ on la question de savoir ce que peut sentir et ressentir ce petit être que l’ on ne souhaite plus dans son ventre maternel, parce qu’ il n’ est pas « normal », quand le médicament que l’ on va injecter à sa mère va lui donner la mort progressivement jusqu’ à son dernier souffle de vie … là je pleure, et ne peux m’ empêcher d’ éprouver de la compassion pour ces parents dans le désarroi, qui ne se sont pas laissés toucher par le choix de l’ alliance de la Vie et de l’ Amour, qui ne se sont pas sentis capables de faire face au handicap perçu comme une « erreur de la Nature ».

L’ image de « l’ enfant rêvé » s’ est envolée avec leurs certitudes, venant ainsi troubler un cadre de vie qu’ ils croyaient bien établi et conforme à leurs aspirations les plus profondes.

L’ enfant tant espéré lors d’ une prochaine grossesse,  que l’ on attend parfait cette fois-ci, ne remplace bien sûr pas l’ enfant que l’ on n’ a pas voulu « imparfait », mais constitue un palliatif à notre conscience, agit comme un baume voire un pansement qui n’ enlève en rien, il est évident, à la douleur morale des parents qui vivent une IMG pour la grande majorité comme un deuil,  comme un « vrai » deuil …

Mais au fait, ne porte-t’ on pas logiquement le deuil de quelqu’ un dont on n’ a pas souhaité la mort au contraire ?

Vivre, c’est prendre des risques, se marier, c’ est prendre un risque ( ce n’ est pas toujours pour le « meilleur », et c’ est d’ ailleurs dans les épreuves malheureuses que s’ éprouve la solidité d’ un couple ) de parfois être confronté à un accident qui ôte la vie à votre conjoint … ou qui lui retire l’ usage de certains membres qui en font une personne « handicapée » … vais- je pour autant me séparer de mon mari ( quoique … nombres de couples choisissent de divorcer, une façon d’ éluder le problème, un échappatoire, un refuge illusoire vers un ailleurs « meilleur » croit- on … ) comme peut me permettre la médecine par l’ IMG de l’ enfant que je porte qui « ne me convient pas » ?

Faire des enfants comporte un risque, tout comme celui de vivre ; vivre, c’ est parfois devoir faire des choix qui remettent en cause une « qualité de vie », choisir c’ est renoncer de toute façon ; ce concept du renoncement dans notre société occidentale n’ est pas admissible, il en va pour preuve tout ce qui touche de près ou de loin à la médecine esthétique : dès que je perçois ce qui m’ apparaît comme une imperfection, un « défaut », je veux le supprimer comme je joue de la zappette sur ma télévision, mon ordinateur ou mon mobile. « zapper » ce qui gêne est devenu un véritable code de vie, une philosophie de vie où le spectre de l’ apparence physique, de la « perfection » et  de l’ éternelle jeunesse règne en maître sur nos consciences asservies par la consommation et le matérialisme :

je suis identifié à ce que je possède ( et non à ce que je suis intrinsèquement, intellectuellement, de par mes qualités morales ), au « côté visible de l’ iceberg » qui extrapole mon être dans ce que j’ ai, et non dans ce que je suis.

On assiste ainsi à une démocratisation voire à une politisation du culte du corps ( c’ est devenu quasi politiquement correct de « soigner » son apparence ), une surenchère du Beau illimitée, clownesque, où toute imperfection a l’ air irrévérencieuse, immorale ; alors il faut la camoufler, la dissimuler autant que possible par respect pour l’ Autre qui me côtoie, encore mieux la cacher parce que l’ on nous dit que « c’ est pas beau » …

Encore une fois, il ne s’ agit pas ici d’ une condamnation ( je ne juge pas, je donne mon avis et c’ est bien différent ), encore moins d’ une dénonciation des parents qui ont recours à une IMG, dont je ne minimise pas ou sous-estime pas la douleur de la perte de leur enfant ; il est soulevé simplement le fait que ( tout est fait dans notre société qui n’ a plus le temps de se poser les bonnes questions ) le fantasme de l’ enfant parfait rôde partout autour de nous, notamment dans la publicité.

Mais pour qui se prend-t’ on ?

« Retoucher » le visage d’ un enfant pour le profit qu’ il peut générer … dès son plus jeune âge, l’ être humain doit être « rentable », il doit pouvoir rentabiliser, apporter sa contribution sociale ; pour cela il doit apparaître BEAU, conforme … que dis-je … plus que beau … idéalisé par la sublimation de son apparence physique. Il passe ainsi de « sujet » à « objet » de convoitise par et pour la société ; et « objet » d’ idolâtrie égocentrique pour nombre de parents : « regardez comme il est beau … et bien c’ est mon enfant là sur la photo ! ». L’ enfant apparaît comme le prolongement sublimateur des parents qui n’ ont pas réussi aussi idéalement leur propre vie.

On assiste à une véritable maîtrise totale du corps de la femme, devenu un « objet » d’ investigation médicale, scientifique, un produit de la « reproduction » : la reproduction est devenue progressivement « production » ; tel semble être le leitmotiv de notre société moderne ; jusqu’ au cœur même de ce qui prend vie, on croit devoir comme dans l’ industrie, « produire » des êtres dont on cherche à maîtriser la venue ( les circonstances et le moment ) et qui doivent être rentables, c’ est à dire conformes, « non déficients », « normaux ».

Mais pour qui se prend-t’ on ?

De nos jours, il y a une banalisation de l’ IMG et de l’ IVG depuis 1975, date de son autorisation ; la tolérance accordée par la loi Veil pour l’ Interruption Médicale de Grossesse semble devenue un véritable droit à l’ avortement. Des milliers d’ IVG sont pratiquées en France chaque année, et le nombre ne cesse de croître chaque année en dépit des nombreux moyens de contraception.

Il y a environ un avortement pour trois naissances ; chaque femme connaîtrait en moyenne dans sa vie une grossesse « accidentelle » et une fois sur deux, elle déciderait d’ y mettre fin.

Dès lors, le Triple Test, simple prise de sang qui permet très précocement le dépistage d’ éventuelles anomalies du fœtus par les marqueurs sériques maternels, est proposé systématiquement aux femmes enceintes.

Dans le journal « La Croix » du 27/04/2000, Israël Nisand, chef d’ un service de Gynécologie-Obstétrique à Strasbourg relatait déjà des chiffres « inquiétants » :

550 000 femmes enceintes sur 750 000 en 2000 auraient « bénéficié » de ce Triple test, et pour 10% de ces femmes, il y avait un « risque » accru de Trisomie et auraient ainsi fait un diagnostic prénatal par amniocentèse, soit 55 000 femmes. Cet examen entraînant la mort du fœtus dans 1 à 2% des cas, on aurait ainsi provoqué au minimum 550 fausses couches alors qu’ il n’ a été décelé « seulement » environ que 280 trisomies ! On aurait donc avorté 2 fœtus sains pour 1 fœtus trisomique.

En France, une centaine de millions d’ euros environ sont consacrés chaque année par les pouvoirs publics au dépistage prénatal de la trisomie 21, alors qu’ aucune politique majeure de recherche publique finance la recherche médicale sur la trisomie 21. On aurait presque envie d’ en rire … d’ un tel paradoxe … où est la logique ?

Mais pour qui se prend-t’ on … pour dépenser autant sur la ( mise à ) mort potentielle de l’ Humain en cas de malformation et de déficience, et aussi peu, voire rien, sur la prise en charge de ces êtres ( qui ont eu la « chance » ou la « malchance » diraient certains, d’ être épargnés et arrivés en vie ) qui ont besoin de nous pour pouvoir continuer à vivre le mieux possible ?

Entorse à mon bien-être, et contraire à l’ idée que je me fais du « Bien Naître », l’ enfant imparfait vient bousculer mon programme de vie ; l’ IMG s’ incarnant comme un procédé inventé par l’ Homme pour répondre à son exigence narcissique de toute puissance et de domination sur la Nature, la Vie et la Mort. Légale et protocolaire, l’ IMG déculpabilise tout le monde, la société, le corps médical et les parents ; la culture de mort est ainsi mise en exergue plutôt que celle de la Vie.

L’ IMG est proposée comme une « solution » … Conseillée, recommandée … les parents sont  aidés et « orientés » dans un choix à faire, une décision à prendre, mais l’ interruption de grossesse n’ est jamais bien entendu imposée.

Par sa légalisation et sa proposition, on assiste ainsi à un cautionnement sociétal de tout un chacun, agissant en parfaite « bande organisée » de la perfection de la race humaine.

Tous ces enfants que l’ on peut voir au Téléthon n’ expriment-ils pas leur bonheur de vivre aux côtés de leurs parents, même si pour certains, ils savent qu’ ils auront une vie plus courte que le commun des mortels ? La Vie ne prend -t’ elle pas tout à coup son sens réel, avec de vraies valeurs profondément ancrées dans l’ Amour qui les unit à leurs parents ? Est-ce que ces mêmes parents regrettent la venue au monde de leur enfant ? Très sincèrement, je ne le pense pas …

Grégory Lemarchal, illustre gagnant de la Star Academy à la « voix d’ ange » ( qui a réussi à concrétiser son rêve de la chanson et à toucher bien des cœurs dans le monde ),et ses parents, n’ ont-ils pas eu le bonheur de se connaître et de partager des moments de vie merveilleusement riches, même si atteint de la mucoviscidose, il a dû partir trop tôt ?

Tout enfant a le droit à la vie ; le nier et le refuser, c’ est « tuer » un bonheur, un sourire, un talent de cet enfant … quelque soit sa condition physique, les circonstances et la durée de vie qu’ on lui présage. Se priver dans sa propre vie, de la vie d’ un petit être qui grandit en vous, est une hérésie profonde, c’ est se fourvoyer sur le sens même de la « VIE » ; cela nous rattrapera un jour, la Nature ayant horreur du vide, elle reprendra ses droits à la vie.

Ma première fille Cassandra est décédée naturellement le jour de sa naissance, quinze jours après mon mariage, au terme de cinq mois et demi de grossesse ; la Nature ne lui a pas laissé le choix et le corps médical non plus d’ ailleurs ( et c’ était très bien comme ça ) puisqu’ elle « ne rentrait pas dans les critères de réanimation ».

Ma seconde fille Léopoldine est née aussi trop tôt au terme de six mois et demi de grossesse, elle, elle rentrait dans les critères de réanimation et a donc dû supporter un long, douloureux et vain combat dans un service de réa-pédiatrique, mais elle a décidé de s’ envoler le lendemain de Noël au bout d’ un mois de « vie ». J’ ai eu le sentiment de la perdre deux fois : une fois quand elle est née, puis quand elle est finalement partie d’ elle-même dans nos bras, atteinte d’ une leucomalacie périventriculaire kystique bilatérale étendue. La médecine tout aussi performante qu’ elle est, m’ a donné de doux espoirs, illusoires, ( même si elle arrive à « sauver » beaucoup de bébés ) qui n’ étaient que dérisoires à côté de l’ œuvre de la Nature. Elle n’ aurait pas eu à souffrir pour rien si la médecine l’ avait laissée partir naturellement comme sa sœur à sa naissance.

Même si en l’ espace d’ une demi seconde, j’ ai souhaité une fois la voir partir et nous « alléger » ainsi la Vie, j’ aurais donné tout ce que j’ avais pour avoir nos filles à nos côtés même si ce n’ était que pour quelques années, connaître le bonheur simple d’ un bisou sur la joue chaque matin à leur réveil … qu’ elles aient été « normales » ou « handicapées » …

La Vie a un début et une fin, tout le reste, c’ est ce que vous en faites par le sens que vous lui donnez … D’ emblée, sont sapées les chances d’ un enfant à naître de prouver ses futures capacités si celui-ci s’ avère être déficient et « non recevable » dans une vie physique réelle, et donc dans le cœur de ses géniteurs que l’ on appelle communément « parents ». L’ IMG vient alors solutionner le « problème » des parents face au concept du Handicap en le supprimant, en la personne de leur enfant. Je veux dire par là que quiconque ose penser que la vie n’ a de « prix » que si vous venez au monde « conforme » à une norme, à la norme, se fourvoie lourdement sur le sens qui nous est donné par la Nature de VIVRE tout simplement :

chaque être vivant a le droit à venir au monde naturellement, et réciproquement de choisir de mourir naturellement. Tout être humain a des potentialités que la Raison n’ a que faire : quel gâchis insoupçonné cela aurait été de se priver de la connaissance d’ une excellente comédienne comme Mimie Mathy ou de l’ excellente prestation d’ acteur dans le film « le 8e jour » de Pascal Duquesne ( atteint du syndrome de Down, appelé aussi Trisomie 21 ).

Mais pour qui se prend-t’ on ?

Mais pour qui se prend-t’ on pour concevoir la Vie, non pas dans son principe biologique, mais dans sa qualité et sa quantification ? Je n’ ai le droit à ma venue au monde que si je suis « normal », et une non-gêne pour ceux qui m’ ont procréé ?

Je ne devrais également avoir le droit de vivre qu’ à la mesure estimée et potentielle d’ une durée de vie « normale », conforme à celle du commun des mortels ? N’ ai-je pas le droit de ne vivre que quelques années seulement ? La qualité de vie ne se résumerait-elle dans notre société qu’ à la contribution effective, du fait d’ être « bien né », que je peux générer dans la société ? Le Bien- être serait donc l’ apanage du bien vivre avec deux bras, deux jambes, … bref un corps bien fait et une tête bien pleine ( « un esprit sain dans un corps sain » !!!!! ) ; en clair tout ce qu’ il faut là où il faut, pour produire bien sûr, mais aussi pour rentabiliser le fait d’ être né, donnant le change en contrepartie de ma naissance par une utilité sociale : je dois en effet aujourd’ hui « Bien Naître » pour pouvoir connaître semble-t’ il le « Bien Etre » … en tout cas, c’ est ce que supposent  à ma place mes parents et la société, quand ils légitimisent l’ IMG comme une solution éradicative de ce qu’ ils croient être le malheur : « non, ce ne serait pas une vie pour moi » …

« Un esprit sain dans un corps sain », quelle fourberie de croire que les deux vont de pair ; la société ne nous en montre-t’ elle pas des contre-exemples magnifiques de certaines personnes névrosées sur un plan psychologique, et corporellement excellentes sur le plan physique ( athlètes de haut niveau … ) ; et inversement, de certaines personnes prolifiques sur le plan intellectuel et physiquement dépendantes ( écrivains, poètes, … ). Bizarre … eux semblent en apparence moins gêner la société de leur existence par la réciprocité substantielle qu’ ils apportent du fait de leur implication dans la sphère publique ; du coup ces personnes connues et reconnues sembleraient moins « entacher » l’ image de l’ être humain dans sa conceptualisation, dès l’ instant qu’ elles génèreraient un talent particulier mis au grand jour. Ce qui veut bien dire par là que le fœtus diagnostiqué « malformé » dont on a interrompu la vie, a répondu à l’ exigence de la toute puissance narcissique de ses parents en proie à la recherche de l’ Excellence … et s’ il avait été dit à ces mêmes parents que leur bébé, quoique « malformé » qui est en train de grandir dans le ventre maternel, allait devenir un être d’ excellence, avec un don, un talent particulier dont la société a besoin de bénéficier, et que cette reconnaissance sociétale allait le propulser sur le devant de la scène médiatique …ces mêmes parents auraient-ils vraiment décidé de recourir à une IMG sur leur enfant ?

La réponse semble claire … cette exigence narcissique de l’ excellence, de la reconnaissance, est corrélative de l’ égo, d’ un Surmoi de plus en plus surdimensionné : l’ enfant, plus qu’ un prolongement de notre propre chair et de notre propre patrimoine génétique, devient désormais de plus en plus un étendard, le porte-drapeau d’ un idéal parental inassouvi, en quête d’ une perfectibilité démesurée : «  je souhaite que mon enfant fasse de hautes études, qu’ il réussisse DANS la vie … » peut-on entendre ici ou là ouvertement ou tacitement. C’ est pourquoi d’ ailleurs l’ enfant, dès son plus jeune âge, dans notre société, a un agenda de ministre ! Il n’ a en effet plus le temps de rêver, de s’ ennuyer …

On parle de « réussir DANS la vie » conformément à un ordre préétabli et normatif relié au concept d’ argent ( source a priori d’ un bonheur ouvrant la voie à une dimensionnalité et à une multiplicité de biens et d’ expériences acquis ), mais on ne parle pratiquement pas de « réussir SA vie » ?! L’ avènement de « l’ être- soi » en première intention nécessaire dans la construction de l’ enfant, qu’ il doit chercher par lui- même, est usurpé par « mon fils tu seras … » le résultat de mes aspirations, le produit inassouvi de mes rêves envolés jadis … dès lors s’ abat une très lourde charge sociétale sur l’ enfant à naître qui doit répondre, même pas encore né, au besoin qu’ a les parents de se voir dans cet enfant à venir comme le prolongement envié et enviable de leur « production » aux yeux du monde : il doit être un miroir … mais que voir dans « mon » miroir déformé par « mon » enfant imparfait ? Que va dire et penser toute la face du monde ?

Le Professeur Nisand constatait en Septembre 2002, lors d’ un débat autour des conséquences de l’ arrêt Perruche au Conseil de l’ ordre des médecins, qu’ en 2000, les 3 demandes d’ IMG concernant des « absences de doigt » ont été toutes refusées, alors qu’ un an plus tard en 2001, sur 3 demandes similaires, 2 ont été acceptées. La course inexorable après l’ enfant parfait est lancée …

Je n’ ose imaginer les chiffres aujourd’ hui 10 ans plus tard … j’ ai peur de les connaître et de découvrir cette grande comédie humaine, l’ ampleur de l’ incommensurable délire eugéniste de l’ Homme « moderne » …

Mais pour qui se prend-t’ on ?

Comment expliquer à un enfant que, tout à coup, le bébé que maman porte dans son ventre, n’ est plus ? Que sa maman et son papa ont choisi de faire mourir, avec l’ aide d’ un docteur, dans le ventre de maman, son petit frère ou sa petite sœur ? Parce qu’ il n’ était pas « normal » … ? Est- ce l’ explication que l’ on donnera à cet enfant ?

Bien sûr que non, on ne lui répondra pas par une telle brutale réalité diraient les psychologues, sous- entendant que l’ enfant comprendra plus tard vers l’ âge adulte quand il aura acquis une certaine maturité … quelle maturité ? Celle qui va lui permettre de comprendre que sa mère et son père lui ont menti, que sa mère et son père ont préféré la mort à la vie de ce petit frère ou de cette petite sœur dont on l’ a privé de sa connaissance, parce-qu’ il n’ était pas « normal », que sa mère et son père ont eu ce « permis de tuer » délivré par la Médecine et légitimé par la Loi ?

Que puis-je alors penser de l’ Amour que mes parents prétendent me vouer, dès lors qu’ ils ont été capables de commettre un tel acte à l’ encontre de mon petit frère ou de ma petite sœur ? Comment ne pas mettre en doute cet Amour, certainement si vrai mais si fragile aussi ?

Je serais également en droit de me demander ce qu’ il peut advenir de moi au fil des années ( leur petit enfant qui grandit a priori normalement ) si jamais je venais à être handicapé un jour ? Auraient-ils aussi là la volonté de me « supprimer » comme ils l’ ont fait pour ce petit frère ou cette petite sœur dont ils ne m’ ont pas laissé faire la connaissance ?

Donc nous serions à l’ abri du despotisme maternel ( et paternel … quoique le père «  n’ a pas son mot à dire » dans le choix au recours à une IMG ) en dehors du ventre maternel, une fois né ! C’ est quelque peu contradictoire, car je pensais qu’ une maman avait cet instinct de « protéger » le petit qu’ elle porte …

Apprenant cela, comment ne pas développer un malaise existentiel, de vivre alors dans l’ angoisse permanente de ne devoir mon droit d’ être en vie ( droit à la vie ) qu’ à la condition de représenter, aux yeux de mes parents, la justification de mon « Bien Naître » jadis ? Dure réalité de ma condition, de mon statut et d’ un sort dont finalement je peine à comprendre la réalité actuelle … dois-je leur être reconnaissant de m’ avoir donné la vie au motif de ma « conformité », de ma « normalité » ? Moi, leur enfant, un produit de leur production, conforme à l’ idée a priori qu’ ils se faisaient de moi lors de ma conception, me sent bouleversé, perdu et plus très sûr, à cette annonce terrible : « mon petit frère ou ma petite sœur n’ « est » plus, ça j’ en suis sûr ! »

Ne pas m’ en avoir parlé, parce que jugé trop petit pour comprendre ? Comprendre quoi, ce choix de la mort plutôt que la vie ? Et eux, qu’ ont-ils compris dans cette histoire de leur choix ? Bien qu’ adultes eux, ne suis-je pas en droit de me poser la question de leur immaturité face à l’ anormalité, à l’ anticonformité, à la complexité, au handicapé que j’ aurais pu être ( mais que je ne suis pas par chance pour eux et pour moi ) dont la logique et le sort implacables auraient été de me faire mourir avant de naître ?

L’ Homme « moderne » a-t’ il à ce point perdu son instinct de conservation, de survivance, cette capacité à surmonter la Vie « naturelle » justement ? Il est devenu jusqu’ au boutiste dans son mode de vie maîtrisée et technicisée :

plus rien ne peut lui apparaître naturel car il est embué par un code de vie emprunté de matérialisme et dicté par la société de consommation ; « toxiqué » par des messages pour un grand nombre à caractère subliminaux issus de la publicité, l’ Homme devient ce qu’ on veut qu’ il soit, un être non pas perfectible, mais déjà parfait ; un être devenu déjà grand ( adulte ) sans avoir eu le temps d’ être petit ( enfant ), parce-que, un être de consommation et de production … il doit très tôt consommer pour produire, et produire pour consommer ; pour cela il doit avoir a priori les bonnes fonctions et la bonne programmation génétiques à la naissance pour pouvoir consommer et produire parfaitement, donc sans handicap, sans quoi le règne de la charge sociale pèse sur lui très vite car considéré peu rentable, voire inutile.

Nous avons décidément bien oublié dans cette société d’ Aimer en actes et en Vérité …

Mais pour qui se prend-t’ on ? Pour Dieu sans doute …

(Nathalie L.)

 

reproduit ici avec l'autorisation de Nathalie L.

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans périnatalité
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 00:50

Je partage avec vous cette vidéo faite par une collègue doula québecoise. C'est un montage avec diverses photos. Je l'ai beaucoup aimée.

Voici : L'accompagnement des femmes lors de l'accouchement par Valérie Turcotte !

 

 


 
Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans accouchement
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 23:37

Je veux vous partager un article qui est très juste sur un sujet dont je voulais vous parler : le placenta !

Je fais simplement un copier-coller de l'article du blog :

 

http://babillagesaveclaurie.blogspot.com

écrit par Laurie Vallée Dallaire

 

 

 

Manger le placenta?!?


 

Voici maintenant la suite de mon travail sur le placenta. Ce n'est pas le dernier épisode, mais la fin approche! Cette fois-ci je vous parle d'une pratique assez peu commune (du moins dans le monde occidental), qui fait beaucoup réagir: Manger le placenta. Votre première réaction sera peut-être ''EWWWW quelle idée!!'', mais voyons si votre opinion aura changé suite à la lecture de ce texte. Le but ici n'est pas de convaincre tout le monde de le faire, mais plutôt de lever le tabou et de mieux comprendre pourquoi cette pratique existe en premier lieu. Si vous désirez lire la recherche entier (bien que la majorité soit déjà en ligne sur ce blog), vous n'avez qu'à me laisser un commentaire ou à m'écrire en me laissant votre adresse courriel, et je vous enverrai la recherche au complet en format PDF. Bonne lecture!

 

Manger le placenta

La placentophagie, ou la pratique de consommer le placenta de son enfant, est une pratique assez étrange et même controversée pour la plupart des gens. Par contre, lorsqu’on y pense bien, nous sommes les seuls mammifères qui ne mangent pas systématiquement le placenta des nouveaux-nés. Le placenta est spécialement conçu pour donner à la mère les meilleurs bénéfices possibles. Aucune autre viande n’est aussi complète. Le placenta contient beaucoup de fer et de protéines, de minéraux et d’éléments nutritifs. De plus, lorsqu’on y réfléchit bien, le placenta est la seule viande obtenue en donnant la vie plutôt qu’en causant la mort. En plus de contenir plein de bonnes choses, le placenta est spécialement conçu pour donner à la nouvelle maman exactement ce dont elle a besoin pour se remettre de ses couches. Non seulement consommer le placenta va lui redonner le fer et l’énergie qu’elle a perdus à l’accouchement, mais il a aussi des propriétés fascinantes. Par exemple, dans le cas d’une hémorragie post-partum, le simple fait d’avaler un petit morceau de placenta cru fera cesser les saignements immédiatement, mieux que n’importe quel médicament. Les hormones contenues dans le placenta ont l’effet immédiat de faire contracter l’utérus et faire cesser les saignements. La sage-femme Robin Lim a sauvé plus d’une vie de cette façon. Le fait de manger le placenta peut aussi aider pour l’allaitement, car les hormones qu’il contient contribuent à la lactation. La médecine traditionnelle chinoise recommande de manger le placenta pour traiter un problème de lactation insuffisante.

 

Dans le cas des mères au facteur rhésus négatif, le système immunitaire de la mère peut développer des anticorps après la naissance de leur premier enfant, ce qui pourrait nuire gravement aux grossesses futures. De nos jours, on injecte un produit par intraveineuse pour neutraliser ces anticorps. Le placenta, pour sa part, contient des éléments, qui, lorsqu’ingérés peu après l’accouchement, empêchent le développement de ces anticorps.

 

Une autre propriété du placenta est de prévenir, ou d’empêcher la dépression post-partum. Des mères ayant eu des antécédents de dépression post-partum se sont vues sans aucun symptôme après avoir consommé le placenta de leur nouveau bébé! Il est aussi possible de transformer le placenta en une poudre qui peut être prise sous forme de capsules si l’idée de réellement manger le placenta dans une assiette est moins appétissante. Plusieurs recherches et témoignages documentés démontrent un lien entre la consommation de placenta et une diminution des symptômes liés à la dépression post-partum.

Ce ne sont que quelques-uns des multiples bénéfices de la placentophagie.

 

En voici, quelques autres :

1-Contribue au développement du lien d’attachement mère-enfant

2-Protège contre les effets nocifs ou les infections causées par des cellules de placenta qui auraient pu rester dans l’utérus

3-Refait la réserve de d’énergie et d’éléments nutritifs de la mère

4-Plusieurs avantages immunologiques

5-Réduit les douleurs de la mère suite à l’accouchement

6-Peut aider à traiter les coliques du nourrisson

7-Peut même réduire les symptômes de la ménopause plus tard dans la vie de la femme, si le placenta est bien préparé et conservé!

8-Peut guérir plusieurs maladies infantiles, comme la coqueluche (sous forme de granules ou capsules)

De plus, lorsque le placenta est consommé par une mère allaitante, les bénéfices seront aussi transmis au bébé par le lait maternel.

 

Cette liste est bien courte, car les usages et traitements possibles grâce au placenta sont multiples et variés. Pour les fins de ce travail, je ne me concentre que sur les principaux et sur ceux qui bénéficient à la mère ou/et au bébé, et non aux autres.

 

Les façons de consommer le placenta

1-Cru : en cas d’hémorragie post-partum, il est possible de manger le placenta cru pour stopper les saignements. Simplement couper un beau cotylédon, le recouvrir de miel et/ou de cannelle et le donner à avaler à la mère avec un verre d’eau à température pièce. Le tout peut se faire sans avoir à couper le cordon ombilical du bébé.

 

2-Cuisiné : Il existe plusieurs façons d’apprêter le placenta. Idéalement, il ne faut pas attendre plus de 24 heures avant de le cuisiner ou de le congeler si l’intention est de le manger de cette façon.

 

3-Comme les Chinois : il y a une façon de réduire en poudre le placenta de la manière traditionnelle chinoise, pour ensuite en faire des petites capsules.

 

4-Dans le cas d’une naissance Lotus, il est quand même possible de consommer le placenta. Il y a la première option de prendre un petit morceau cru tout de suite après la naissance. Sinon, il reste possible de le réduire en poudre et de l’encapsuler même après les quelques jours que dure la naissance Lotus, à condition que le placenta ait bien été salé et traité durant tout le processus.

 

 

Ma recherche complète comprend aussi quelques petites recettes, mais j'ai décidé de ne pas les mettre en ligne. Si vous auriez aimé les lire, il suffit de me le dire et je les posterai. Il en existe tout de même quelques unes déjà en ligne sur d'autres sites.

 

La liste complète des références et la bibliographie se trouvent sur la recherche complète. Il suffit de le demander si vous voulez la lire.

 

À la prochaine!

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans périnatalité
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 00:24

J'ai la grande joie de vous annoncer que dorénavant je vous propose un service qui me tient à coeur, un moment de pur bien-être pour la femme enceinte :

 

Massage de tout le corps ou massage partiel selon votre souhait adapté à la femme enceinte.

 

Les zones du corps massées sont les suivantes :

le dos, les jambes-pieds-cuisses, les visage-cou-bras-épaules et le ventre.

 

Vous pouvez donc choisir les zones que vous désirez selon le temps dont vous disposez et vos envies.

 

Attention ! Le massage de la femme enceinte n'est pas recommandé pendant le premier trimestre de grossesse. Je vous conseille donc d'attendre le 4eme mois pour commencer à le demander.


Ce massage se déroule chez vous.

Appliqué avec de l'huile végétale non parfumée le massage complet de tout le corps dure minimum 1h30.

Je pratiquerai ce massage chez vous dans une salle préalablement chauffée, sur un lit par exemple.


Ayez quelques coussins et un oreiller à disposition ainsi que deux serviettes de toilette. (Si vous n'en avez pas je peux en apporter).


Ce massage peut être couplé avec l'application de ventouses en région dorsale.

 

Pour mes tarifs, j'ai toujours la même politique, en fonction de vos moyens et de votre coeur, détails ici.

Repost 0
Published by lesmeresveilleuses - dans grossesse
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des " Mères Veilleuses "
  • Le blog des " Mères Veilleuses "
  • : Voici un espace pour les amoureux de la périnatalité ... en découvrir les différents aspects, les différents intervenants ... pour pouvoir mieux profiter et faire profiter de la période qui entoure la naissance.
  • Contact

Festi'naître

Rejoignez-nous au Festi'naître les 27 et 28 avril 2013 au Foyer rural de Meillac (35270)

PROCHAINES RENCONTRES

FESTI'NAÎTRE Festival de la périnatalité

les 27 et 28 avril 2013 au Foyer Rural de Meillac

 

  Tout l'agenda 2012-2013